‘Time to put a fire here’ – 2022 Communique from Charter4Change

This communique is available in English and French


From 7 to 9th December 2021, the Charter4Change (C4C) coalition convened its 2021 Global Annual Meeting[1]. Over the past year, in the context of the on-going Covid19 pandemic and wider conversations about decolonising aid, the C4C movement has gained significant momentum. This was reflected in the Meeting’s discussions, where representatives from smaller, grassroots NGOs alongside national NGOs and international NGOs shared ideas exploring the barriers to transformative change, and practical steps required to overcome these. In several contexts, C4C country-level working-groups are working on decentralised dialogue and action on localisation to engage civil society beyond the policy discussions in capital cities. As one participant from South Sudan phrased it in the closing session – “we are going to put a fire here” inspired by collaboration through Charter4Change. 

A detailed report of the meeting will be available by end of January 2022

This Communique highlights the following four issues as key priorities for 2022:

  1. The biggest scope for transformative change and innovative local leadership happens at the country-level. C4C members, and other international agencies committed to localization, must support this. Prior to the Annual Meeting, C4C members have convened country-level dialogues in Nigeria, South Sudan, Kenya, Malawi, Sierra Leone, Philippines, Bangladesh, Uganda, and DR Congo; including both INGO signatories’ own national/local NGO partners and a wider range of local NGOs keen to champion localization. C4C members advocate for a stronger focus on country-level processes enabling a leadership role by national NGOs in shaping the agenda of localization efforts in their contexts, rather than just being driven by priorities of international agencies. The Grand Bargain initiative to convene National Reference Groups at the country-level is identified as an important opportunity to realize this ambition. The importance of inclusion is key; especially in terms of smaller, grassroots NGOs and community-based organizations at the sub-national level. INGO signatories, and other international agencies, are encouraged to engage with and support these processes through participation by their staff with decision-making authority, and through engaging with their own national/local NGO partners to surface their priorities and foster collaboration with others in the process.
  2. International agencies – including C4C signatories – must establish more systematic means to hold their staff, programmes and partnerships accountable for localisation at both country and global levels; and donors should align their approach to incentivising this. At the Annual Meeting, INGOs shared examples of how they are defining and pursuing transformative changes within their own organizations as intermediaries. Despite some good initiatives by INGO signatories, localisation ‘gains’ remain ad-hoc, unsystematic and flawed by lack of institutionalised accountability and commitment to change. A lack of timely reporting on funding to local actors in emergency responses, and the practice of some INGOs registering their country offices as ‘local’ further obstruct progress. C4C members committed to share learning and align efforts towards promoting more effective approaches. A strong interest was also expressed to engage more with other INGOs on these efforts, including larger INGOs known primarily for direct implementation such as IRC, NRC, SAVE and others that have also started on journeys to review their partnership practices. The Grand Bargain Caucus on Intermediaries was identified as one entry-point over the coming year for dialogue with donors and peer agencies to identify how donors incentivise accountability and transformative change on issues like overheads costs and support for partnerships and consortia that promote local leadership.

 3. A collaborative approach to overcome the due diligence and accountability barriers to local humanitarian action is needed. The Annual Meeting highlighted how the current approach to compliance, quality and accountability has become – in the words of Jan Egeland – an ‘industry’ in and of itself that excludes and penalises local NGOs. The dominant paradigm of humanitarian funding and partnerships involves delegating risks to local NGOs – often working literally at risk of their lives – rather than centring an understanding of the risks they face and supporting them to manage these. To effectively deliver on a collaborative approach to overcome due diligence barriers, C4C members advocate for a shift by INGOs, donors and quality and accountability stakeholders, such as CHS, towards fostering longer-term partnerships and context-specific, proportionate approaches that recognise and build on the risks and strengths of local NGOs. National NGOs also recognise that they must do their part in addressing legitimate questions about quality and accountability. The C4C Charter of Accountability was shared as a framework developed by a group of national NGOs to inform dialogue between C4C endorsers and C4C signatories about partnership-based approaches to accountability. 

4.Momentum on addressing climate change and the environment in humanitarian action must factor in, resource and build on the expertise of national/local NGOs. C4C members – national NGOs and INGOs – are playing leadership roles in both global and national efforts on climate change and the environment. At the Annual Meeting, learning was shared and challenges discussed related to the Climate and Environment Charter for Humanitarian Organisations and the Eight Principles for Locally-Led Adaptation. C4C members emphasise the need for local and national NGOs to access funding from humanitarian, climate and development funding instruments and to ensure locally led adaptation actions through a bottom-up approach. The relevance of the eight commitments in the C4C Charter for better partnerships between INGOs and national NGOs for climate and environment programming was affirmed. C4C members express an interest to collaborate more in exchange of good practices, as well as learning about how to overcome challenges, in INGO – national NGO partnerships on the climate and environment in crisis settings. 

[1] Recordings of the C4C Annual Meeting sessions and a report summarising detailed follow-up actions will be made available on the C4C website

Note

The Charter for Change is an alliance of 36 INGO signatories and over 300 LNGO/NNGO endorsers working to promote best practice in empowering partnerships and to advocate to the wider humanitarian community for faster, wider and deeper progress toward localisation. The Charter for Change Secretariat is hosted by Community Empowerment for Rural Development-CEFORD, Uganda. More information can be found at www.charter4change.org

“Il est temps de mettre le feu aux poudres” – Communiqué du Charter4Change 2022

Du 7 au 9th décembre, la coalition Charter4Change (C4C-Charte pour le changement) a organisé sa réunion annuelle mondiale 2021[1]. Au cours de l’année écoulée, dans le contexte de la pandémie de Covid19 en cours et de conversations plus larges sur la décolonisation de l’aide, le mouvement C4C a pris un élan significatif. Cela s’est reflété dans les discussions de la réunion, où des représentants de petites ONG locales, d’ONG nationales et d’ONG internationales ont échangé des idées sur les obstacles au changement transformateur et les mesures pratiques nécessaires pour les surmonter. Dans plusieurs contextes, les groupes de travail nationaux du C4C travaillent sur un dialogue et une action décentralisés sur la localisation afin d’engager la société civile au-delà des discussions politiques dans les capitales. Comme l’a dit un participant du Soudan du Sud lors de la session de clôture – “nous allons mettre le feu ici”, inspiré par la collaboration à travers le Charter4Change.

Un rapport détaillé de la réunion sera disponible d’ici fin janvier 2022

Le présent communiqué souligne que les quatre questions suivantes constituent des priorités essentielles pour 2022 :

  1. C’est au niveau des pays que les possibilités de changement transformateur et de leadership local innovant sont les plus grandes. Les membres du C4C, et les autres agences internationales engagées dans la localisation, doivent soutenir cela. Avant l’Assemblée annuelle, les membres du C4C ont organisé des dialogues au niveau national au Nigeria, au Soudan du Sud, au Kenya, au Malawi, en Sierra Leone, aux Philippines, au Bangladesh, en Ouganda et en République démocratique du Congo, avec la participation des ONG nationales/locales partenaires des signataires et d’un plus grand nombre d’ONG locales désireuses de promouvoir la localisation. Les membres du C4C plaident pour que l’on se concentre davantage sur les processus au niveau national, ce qui permettrait aux ONG nationales de jouer un rôle de premier plan dans l’élaboration de l’agenda des efforts de localisation dans leurs contextes, plutôt que de se laisser guider par les priorités des agences internationales. L’initiative Grand Bargain (Accord majeur) visant à réunir les Groupes de référence nationaux au niveau national est identifiée comme une opportunité importante pour réaliser cette ambition. L’importance de l’inclusion est essentielle, particulièrement en ce qui concerne les petites ONG locales et les organisations communautaires au niveau sous-national. Les ONGI signataires et les autres agences internationales sont encouragées à s’engager dans ces processus et à les soutenir par la participation de leur personnel ayant un pouvoir de décision, et en s’engageant avec leurs propres partenaires ONG nationaux/locaux pour faire ressortir leurs priorités et favoriser la collaboration avec d’autres dans le processus.
  2. Les agences internationales – y compris les signataires du C4C – doivent mettre en place des moyens plus systématiques pour tenir leur personnel, leurs programmes et leurs partenariats responsables de la localisation, tant au niveau national que mondial ; et les donateurs doivent aligner leur approche pour encourager cela. Lors de la réunion annuelle, les ONGI ont partagé des exemples de la manière dont elles définissent et poursuivent les changements transformateurs au sein de leurs propres organisations en tant qu’intermédiaires. Malgré quelques bonnes initiatives de la part des ONGI signataires, les “gains” de la localisation restent ponctuels, non systématiques et imparfaits en raison du manque de responsabilité institutionnalisée et d’engagement envers le changement. Le manque de rapports opportuns sur le financement des acteurs locaux dans les réponses d’urgence et la pratique de certaines ONGI qui enregistrent leurs bureaux pays comme étant “locaux” entravent encore plus les progrès. Les membres du C4C se sont engagés à partager leurs connaissances et à aligner leurs efforts pour promouvoir des approches plus efficaces. Un fort intérêt a également été exprimé pour s’engager davantage avec d’autres ONGI dans ces efforts, y compris les grandes ONGI connues principalement pour leur mise en œuvre directe, comme la CRI, le NRC, SAVE et d’autres qui ont également commencé à revoir leurs pratiques de partenariat. Le Caucus du Grand Bargain sur les intermédiaires a été identifié comme un point d’entrée au cours de l’année à venir pour un dialogue avec les donateurs et les agences comparables afin d’identifier comment les donateurs encouragent le soutien aux partenariats et aux consortiums qui favorisent le leadership local.
  3. Une approche concertée est nécessaire pour surmonter les obstacles à la diligence raisonnable et à la responsabilisation dans l’action humanitaire locale.  La réunion annuelle a mis en évidence la façon dont l’approche actuelle de la conformité, de la qualité et de la responsabilité est devenue – selon les termes de Jan Egeland – une “industrie” en soi qui exclut et pénalise les ONG locales. Le paradigme dominant du financement et des partenariats humanitaires consiste à déléguer les risques aux ONG locales – qui travaillent souvent littéralement au péril de leur vie – plutôt que de chercher à comprendre les risques auxquels elles sont confrontées et de les aider à les gérer. Afin de mettre en place une approche collaborative efficace pour surmonter les obstacles liés à la diligence raisonnable, les membres du C4C préconisent un changement de la part des ONGI, des donateurs et des parties prenantes en matière de qualité et de responsabilité, telles que le CHS (Normes humanitaires fondamentales) , afin de favoriser des partenariats à plus long terme et des approches proportionnées et adaptées au contexte qui reconnaissent et s’appuient sur les risques et les forces des ONG locales. Les ONG nationales reconnaissent également qu’elles doivent faire leur part pour répondre aux questions légitimes sur la qualité et la responsabilité. La Charte C4C sur la responsabilité a été partagée comme un cadre développé par un groupe d’ONG nationales pour éclairer le dialogue entre les endosseurs et les signataires du C4C sur les approches de la responsabilité basées sur le partenariat.
  4. L’élan en faveur de la prise en compte du changement climatique et de l’environnement dans l’action humanitaire doit tenir compte de l’expertise des ONG nationales/locales, leur fournir des ressources et s’appuyer sur elles. Les membres du C4C – ONG nationales et ONGI – jouent un rôle de premier plan dans les efforts mondiaux et nationaux sur le changement climatique et l’environnement. Lors de la réunion annuelle, les participants ont partagé leurs connaissances et discuté des défis liés à la Charte sur le climat et l’environnement pour les organisations humanitaires et aux huit principes d’adaptation locale. Les membres du C4C soulignent la nécessité pour les ONG locales et nationales d’accéder aux financements des instruments de financement de l’humanitaire, du climat et du développement et de garantir des actions d’adaptation menées localement par le biais d’une approche ascendante. La pertinence des huit engagements de la Charte C4C pour de meilleurs partenariats entre les ONGI et les ONG nationales pour la programmation climatique et environnementale a été affirmée. Les membres du C4C ont exprimé leur intérêt à collaborer davantage dans l’échange de bonnes pratiques, ainsi qu’à apprendre comment surmonter les défis, dans les partenariats ONGI – ONG nationales sur le climat et l’environnement dans les situations de crise.

Remarque

La Charte pour le changement est une alliance de 36 ONGI signataires et de plus de 300 ONGL/ONGN soutenant les meilleures pratiques en matière d’autonomisation des partenariats et de plaidoyer auprès de la communauté humanitaire au sens large pour des progrès plus rapides, plus larges et plus profonds vers la localisation. Le secrétariat de la Charte pour le changement est hébergé par Community Empowerment for Rural Development-CEFORD, Ouganda. Plus d’informations peuvent être trouvées sur http://www.charter4change.org

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s