Un nouveau rapport révèle les mesures nécessaires pour respecter les engagements pris vis-à-vis des personnes affectées par les crises.

  • Cinq ans après que les humanitaires se sont réunis pour publier la Norme humanitaire fondamentale de qualité et de redevabilité (CHS), de nombreuses organisations engagées font des progrès considérables sur les questions essentielles de redevabilité sur lesquelles le secteur travaille depuis des décennies. Cependant, le rythme du changement est lent.
  • L’Engagement no 6 sur la coordination et la complémentarité est le plus susceptible d’être respecté par les organisations vérifiées sur la base du CHS, tandis que l’Engagement no 5 sur l’accueil et le traitement des plaintes a obtenu le score le plus faible.
  • L’analyse des données de vérification sur la base du CHS révèle trois effets multiplicateurs qui accélèrent le fonctionnement de l’aide pour les personnes affectées par les crises.
  • Davantage d’organisations humanitaires doivent adopter le CHS pour accélérer l’amélioration de la redevabilité envers les centaines de millions de personnes affectées par les crises.

(Genève, Suisse, 6 octobre 2020) — Aujourd’hui, CHS Alliance — un réseau de plus de 150 organisations humanitaires — publie son Rapport sur la redevabilité humanitaire (HAR) 2020, intitulé « Améliorons-nous le fonctionnement de l’aide pour les personnes affectées par les crises ? »

Le nouveau rapport présente une synthèse factuelle des progrès réalisés par le secteur humanitaire pour garantir la redevabilité de l’aide fournie aux personnes en situation de crise au niveau mondial.

Cinq après que les humanitaires se sont réunis pour publier la Norme humanitaire fondamentale de qualité et de redevabilité (CHS), le HAR 2020 met en exergue le niveau actuel de respect de la Norme par les organisations qui l’appliquent. Le rapport révèle les progrès réalisés par les organisations vérifiées sur la base du CHS pour honorer leurs engagements envers les enfants, les femmes et les hommes affectés par des catastrophes dans le monde.

S’appuyant sur les informations, l’expérience et les données recueillies auprès de plus de 90 organisations humanitaires qui ont réalisé la vérification sur la base du CHS, le rapport tente de répondre à la question cruciale à laquelle est confronté le secteur en 2020 : améliorons-nous le fonctionnement de l’aide pour les personnes affectées par les crises ?

« Aujourd’hui nous lançons un défi au secteur de l’aide », a déclaré Tanya Wood, directrice générale de CHS Alliance. « Le HAR 2020 démontre que les organisations d’aide engagées peuvent surmonter les obstacles les plus difficiles qui les empêchent de respecter les engagements pris auprès des personnes affectées par les crises, mais elles ont besoin du bon outil — le CHS — et ne peuvent pas y parvenir seules. Nous avons besoin d’un nombre considérable d’organisations, notamment des ONG, des bailleurs de fonds, des agences des Nations Unies et des réseaux, qui appliquent et reconnaissent le CHS de concert afin d’apporter des changements réels et urgents. J’appelle l’ensemble des humanitaires qui s’engagent à améliorer le fonctionnement de l’aide pour les personnes affectées par les crises à lire, commenter et partager les conclusions du HAR 2020. Ensemble, nous pouvons honorer nos engagements et améliorer la qualité de l’aide. »

« La route vers une plus grande redevabilité est longue, et ce rapport de CHS Alliance met en évidence les principales étapes. Il regroupe des informations précieuses sur l’efficacité de l’action humanitaire qui contribuent à améliorer la redevabilité du secteur », observe Kitty van der Heijden, directrice générale pour la coopération internationale du ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas, dans l’avant-propos du HAR 2020.

Conclusions du rapport :

  • Ces cinq dernières années, de nombreuses organisations humanitaires, qui étaient les premières à adopter le CHS ont procédé à des changements notables, manifestes et fructueux pour placer les personnes affectées par les crises au cœur de la réponse humanitaire.
  • L’Engagement no 6 sur la coordination et la complémentarité est le plus susceptible d’être respecté par les organisations vérifiées, tandis que l’Engagement no 5 sur l’accueil et le bon traitement des plaintes a obtenu le score le plus faible.
  • Collectivement, les organisations certifiées sur la base du CHS* ont réalisé des progrès considérables sur trois aspects essentiels de la redevabilité sur lesquels le secteur humanitaire travaille depuis des décennies :
    1. renforcer les capacités locales et éviter les effets négatifs de la réponse humanitaire (Engagement no 3) ;
    2. fonder la réponse humanitaire sur la communication, la participation et les retours des personnes affectées par les crises (Engagement no 4) ;
    3. accueillir et traiter les plaintes des personnes affectées par les crises (Engagement no 5).
  • Le secteur humanitaire n’a cependant pas atteint ses objectifs. Nous ne voyons pas encore d’accélération à l’échelle du système vers une approche transformatrice qui donnerait aux personnes affectées par les crises une influence stratégique sur l’aide. Des centaines de millions de personnes attendent toujours la transformation de la redevabilité, leur révolution.

Recommandations du rapport :

  • Afin d’accélérer le rythme du changement, les organisations humanitaires engagées doivent exploiter le pouvoir de l’effet multiplicateur. Pour cela, elles doivent renforcer leurs efforts sur trois actions transversales qui améliorent la qualité de l’aide fournie dans tous les domaines :
    1. Impliquer les personnes affectées par une crise : œuvrer pour la révolution de la participation à laquelle nous nous sommes engagés.
    2. Optimiser les connaissances et l’information : à l’ère de l’information, le système humanitaire doit se mettre à niveau.
    3. S’adapter afin de répondre aux besoins actuels : les organisations doivent s’adapter rapidement à des contextes en mutation.
  • Plus de 90 organisations sont actuellement engagées dans la vérification sur la base du CHS. Nous devons nous reposer sur ces efforts pour réunir un nombre considérable d’organisations — notamment des bailleurs de fonds, des groupes interagences et des organes des Nations Unies — qui reconnaissent et appliquent le CHS pour véritablement améliorer le fonctionnement de l’aide pour les personnes affectées par les crises et remplir les engagements que le secteur a pris en 2015.

Téléchargez le Rapport sur la responsabilité humanitaire 2020 et découvrez-en plus ici: https://www.chsalliance.org/har2020/.

Posted in CHS

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s